Sommaire

Introduction

- Pourquoi ce Livre ?

L´Univers

- Légendes et Création
- Les Lois de L´Univers
- Apparition de L´Univers
- Apparition et Formation de la Terre
- Cycles de la Terre - Précession des équinoxes
- Apparition de la vie

Création-décréation

- Création,décréation d´une galaxie
- Super Nova
- Vieillissement
- Charge creuse

La Matière

- Matière et Vide
- Le Jour
- Progression de la matière
- Statique
- Rien-Vide-Néant

Alchimie

- Le parcours de l´Alchimiste
- Alchimie Spirituelle

Médecine

- Santé et Rythme
- Rôle du psychisme dans la maladie
- La cigarette
- Métaux lourds
- Les guérisons magiques
- La religion du sport
- Mémoire et évolution
- Maladie et guérison mentale

Cabale

- Origine et Evolution de la Cabale
- Valeurs des lettres
- La Cabale
- Petite Ecriture
- Le Grand Alphabet

Formes et Vibrations

- Les Pyramides de Gizeh
- Représentation schématique de Kéops
- Coudée Sacrée
- Géographie Sacrée
- Formes et Sons
- Réflexions

Mantras

- Symboles 3ème et 4ème dimensions
- Symboles ou Mantras optiques
- Au commencement était le Verbe
- L´Esprit de la Lettre
- Carrés Magiques de 2
- Carrés Magiques de 3
- Carrés Magiques de 4
- Carrés Magiques de 5
- Usurpation du pouvoir des Mantras
- Les Ka

Les Nombres

- Introduction
- La Section Dorée
- Tableau des Séries
- Les quarante jours

Le Cycle de L´Homme

- Au Commencement était le Verbe
- Naissance de la Terre
- Adam
- Eve
- La quête de l´homme
- Réflexions
- La démographie

Conclusion

- La Connaissance
- Comment l´homme a-t-il compris Dieu ?
- Pâques 81-Belvès






Alchimie Spirituelle.

Un adage alchimique énonce :
" Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ".

L´Alchimie de la Matière met en œuvre des principes que l´on retrouve dans l´Alchimie Spirituelle.

Les différents stades de la transformation de la matière première, vile et corruptible, pour arriver à la pierre philosophale sont successivement :

  1. Le stade de la putréfaction ou œuvre au noir.
  2. Le stade de la purification ou œuvre au blanc.
  3. Puis le stade de la multiplication ou œuvre en rouge.

La Putréfaction :

Elle correspond à la descente de l´homme dans la matière.
C´est la phase pendant laquelle l´attrait du factice et de la société va le faire chuter, au risque de tuer en lui tout honneur, toute dignité, toute conscience.
Au terme de cette phase,
- ou bien, l´homme s´est laissé totalement piéger par le système dans lequel il vit, et il y a disparu, transformé en robot, n´ayant plus aucune pensée propre. Sa vie se résume alors à travailler, consommer et jouir ;
- ou bien, il a encore un sursaut de vie et de lucidité et il s´insurge contre l´absurdité de la vie qu´on veut lui faire mener. Il se dit qu´il n´est pas possible qu´il soit sur Terre pour des finalités aussi dénuées d´intérêt.

Si l´homme a ce sursaut de vitalité, tous les espoirs lui seront alors permis, sa putréfaction, sa descente dans la matière n´aura pas été inutile ; alors qu´elle aurait engendré sa mort spirituelle s´il n´avait pas vu la nécessité de s´en sortir, cette simple prise de conscience donne un autre sens à sa vie, et lui ouvre la porte de l´étape suivante : celle de l´initiation, de la purification.

La Purification :

Pendant cette phase, symboliquement la couleur passe du noir au blanc, cela veut dire que l´homme va s´épurer de ses imperfections, de toutes les erreurs que son éducation lui avait fait prendre pour des vérités.
Tout doucement, il va se mettre en chemin, de prise de conscience en prise de conscience, pour se connaître lui-même et connaître le monde qui l´a fait naître.
Dans cette descente en lui-même, il se heurtera à tout ce que son milieu a voulu faire de lui et il devra s´en libérer. Il se heurtera à toutes les mémoires de l´humanité qu´il porte en lui et qui aujourd´hui sont devenues un frein à son évolution.
Pendant ce processus de transformation il comprendra que le mal et le bien que définit la société, sont des chimères ; il reconnaîtra qu´une qualité aujourd´hui pouvait être un défaut et une faiblesse il y a quelques centaines d´années. Inversement, un défaut aujourd´hui pouvait être une qualité vitale chez un homme de Cro-Magnon.
En conséquence, le bien et la mal sont relatifs à l´évolution : le bien se transforme en mal si on le perpétue au-delà de sa nécessité.
Par exemple, le désir de sécurité est un bien, s´il reste un moyen de se libérer l´esprit ; l´individu qui a un toit, une profession, sait qu´il n´y a pas nécessité pour lui de rechercher abri et nourriture, aussi il petit utiliser son mental à autre chose.
Par contre, et c´est valable pour presque tout le monde dans nos sociétés occidentales, quand la sécurité n´est plus un moyen, mais une valeur instrumentale, quand elle est devenue une finalité, elle est dans ce cas, un mal.

L´homme n´utilise plus la sécurité pour vivre, il vit pour sa sécurité et en meurt étouffé.
La sécurité sous toutes ses formes, est aujourd´hui le fondement de nos structures collectives : sécurité financière, psychologique, sentimentale, physique, métaphysique ; il faut être garanti, assuré, protégé contre tout !
A ce moment là, la sécurité instrument de vie, si elle s´était limité à sa fonction première, devient instrument de mort.
- Mort mentale d´abord, parce qu´elle entraîne un arrêt de l´évolution, de l´intelligence humaine,
- puis mort physique, quand elle atteint son aboutissement.
Aujourd´hui, nos sociétés s´éteignent économiquement, politiquement et moralement par la sécurisation.
Demain, les nations risquent de mourir à force de s´être sécurisées par accumulations d´armes de toutes sortes, elles mourront alors par les mêmes armes qui devaient les protéger, au nom de la sécurité qui devait les faire vivre.

En conséquence, ce qu´aujourd´hui les sociétés définissent comme un bien est souvent un mal.

L´Alchimiste doit s´en rendre compte ;
Ce que tous les individus recherchent, est le plus souvent à fuir et ce qu´ils dédaignent est peut-être digne d´intérêt.
Nos civilisations sont à leur fin et tout fonctionne à l´envers.
Elles n´ont pas pris conscience que la vie de l´homme devait prendre une dimension autre que celle de sa jouissance matérielle, pour s´être arrêté à ce stade, elles amènent l´être humain à disparaître et s´amènent elles-mêmes à disparaître.
Elles sont devenues des monstres de complexité, mais aussi de fragilité et, surtout, elles ne justifient plus leur existence que par l´inutilité : les loisirs, le confort au-delà du raisonnable, la mode, la surconsommation effrenée, l´exploitation démesurée des ressources de la Terre.
Pourquoi tout celà... pour rien !...
Pour se saoûler dans une illusion de jouissance, de sécurité.
Cette évolution est irréversible et mortelle... tout doucement ce qui faisait la vie de l´homme disparaît.
Ce qui ne sert à rien, la paperasse, le factice, le gadget, la législation, l´administration, remplacent la créativité, l´utile, l´individualité.
Ce qui est mort impose son carcan à ce qui vit encore.

C´est alors que l´homme comprendra que sa chûte dans la matière était une nécessité.
Par l´exploration de cette dimension, il a pu se forger une intelligence, une connaissance et une compréhension des êtres et des choses qu´il lui était impossible d´acquérir autrement.
C´est parce qu´il tombe que l´enfant apprend à marcher !
C´est parce que la matière nous emprisonne que nous ressentons le besoin de la connaître pour la maîtriser, puis de nous en libérer lorsqu´est redécouverte la dimension de l´Esprit.
Ainsi, au fur-et-à-mesure de sa compréhension de lui-même, de tout ce qui l´entoure, l´Alchimiste saura remettre les choses à leur place. Il se libérera progressivement de tous les pièges dans lesquels il se laissait disparaître.

Pendant cette phase de purification sa couleur symbolique virera progressivement du noir qui marquait la putréfaction, la vie végétative sans conscience, au blanc qui signifie en même temps, pureté et mort ; mort à ce simulacre de vie, revue et corrigée, par les structures humaines.








Valid XHTML 1.0!