Sommaire

Intoduction

- Quand le Temps est venu
- Une fois par cycle

Alchimie

- Blason Alchimique
- Symbolisme du langage alchimique
- Planètes et métaux
- Azoth
- Le Soufre
- Le Sel
- Le Mercure
- Le Grand Œuvre
- Dénomination de ceux qui œuvrent

Cabale

- Introduction à la Cabale
- Grand Livre du Monde
- Solstice d´Hiver
- Alchimie Divine
- Cabale
- Cabale et Carrés Magiques
- Lettres Mères et le Sacré
- KA-BA-L´AKH

Mantras

- Au commencement était le Verbe
- Les effets du Verbe
- Dies Irae
- Les Mantras

Formes-Vibrations

- Formes Vibrantes de la Nature
- Univers des Formes 1ère Partie
- Univers des Formes 2ème Partie
- La Septième Merveille du Monde
- Formes, Résonances et Vibrations 1ère Partie
- Formes, Résonances et Vibrations 2ème partie
- Arche d´Alliance
- Gisors et Chartres

Nombres

- Les Quarante Jours
- Les Séries

Médecine

- Terre des Hommes
- Plomberie Divine
- Métaux Alchimiques et Santé
- L´Eau
- L´Eau Vibrée
- Le Yoga
- l´OR Potable

Réflexions

- Saturne
- Démarche spirituelle
- Culture
- Naissance d´Adam
- Evangile des Egyptiens
- Réflexions
- Matérialisme et Dieu

Conclusion

- Le prix des choses
- Le livre s´achève enfin





La Naissance d'Adam

Observant le Cycle divin, le Soleil devait accoucher de onze Étoiles dont il serait le père et la mère pour former la famille des douze Planètes.
La Naissance de la Terre eut donc lieu comme prévue.

La goutte de magma en fusion, expulsée de la plaie aussitôt refermée, traversa le cosmos, allongée, tourbillonnant sur elle-même.
Elle continua sa course désordonnée dans le système de Râ. Sa rotation sur elle-même lui donnait forme, l´arrondissait, luisante, comme une boule de cristal rayonnant.

Petit à petit son éclat déclina, vira au rouge, devint terne, puis noir. Alors elle se satellisa à l´astre qui l´avait conçue : la Terre était née.
Ainsi que le veut la Loi du Cosmos, elle ne s´était écartée du Soleil ni peu ni prou, maintenue à une distance donnée en fonction de sa masse et de sa vitesse.
Elle prit place d´elle-même, respectant la physique des cieux.
Comme elle, d´autres planètes étaient déjà en place; comme elle, d´autres planètes devaient compléter la figure.
De même que le nombre des atomes gravitant autour d´un noyau définit un corps : vibration de l´atome à l´échelle de l´infiniment petit, de même les planètes gravitent autour du Soleil, vibration cosmique à l´échelle des cieux.
Quand, dans l´Univers, Tout, entraîné dans un mouvement harmonieux, vibrera avec ensemble, le système solaire représentera pour Dieu un élément vital.

Accompagnèrent la Terre dans sa trajectoire, deux satellites aussi sphériques qu´elle, issus d´elle.
Mère de deux Lunes, la Terre les avait enfantées à son tour par son travail cosmique.
Elles tournaient autour d´elle, car elles étaient prévues, indispensables à la vie, électrons de la Terre.

Longtemps encore la Terre se convulsa, se rida, puis l´eau apparut avec les orages, puis les gaz et enfin la Vie - vie primitive, cellulaire...
Bien plus tard, la Terre parut enfin s´assoupir; la plus grosse Lune était si proche que l´on aurait cru pouvoir la toucher.
Alors d´énormes animaux virent le jour, car l´attraction des deux satellites, très forte, réduisait la pesanteur des corps.
L´apparition de ces monstres n´avait rien de fortuit. Ils avaient un rôle à jouer : piétiner, labourer la Terre, la fumer, la féconder, la préparer enfin pour les êtres à venir.
L´Alchimie faisait le reste, transformation, transmutation.

Puis, vint le jour où la grosse Lune quitta son orbite, frôla la Terre, l´arrêtant quelques millièmes de seconde dans sa course, puis disparut du système solaire, son travail étant terminé.
Les conséquences de ce cataclysme furent effroyables : d´abord cloués au sol, tous les monstres brusquement alourdis, incapables d´avancer, n´avaient plus la force de marcher, de mastiquer l´herbe qu´ils avaient happée.
La circulation sanguine ralentie, ils moururent comme foudroyés, debout, intacts, pour s´abîmer, ensevelis, enlisés dans une terre secouée par le cataclysme et les éléments déchaînés.
Ils disparurent tous.
L´arrêt momentané de la Terre, la fit basculer de son axe, et l´eau couvrit tout, énorme vague déferlant sur la Terre.
Enfin, tout redevint calme.
Seuls, avaient survécu quelques animaux aquatiques.

A présent, la Terre tournait autour de son nouvel axe, à la vitesse prévue, avec un seul satellite, le plus petit.
La révolution de la Terre était de 362,76 jours par an.
Le satellite tournait autour de la Terre et accomplissait, au cours d´une année, 12,36 lunaisons.
L´attraction exercée par ce satellite que l´on appela Lune était moins forte et les êtres qui firent leur appantion furent plus petits, de taille proportionnée à leur poids.
Les singes d´abord, puis les hominiens foulèrent la planète au cours de la période appelée éocène, étape décisive qui, par sa régularité et stabilisation, devait permettre enfin au Dieu de la Terre de prendre corps.

Une végétation abondante permit aux animaux de se multipiier et aux hominiens de vivre.
Vulnérables, proie désignée des bêtes carnassières, ils servirent longtemps de pâture à celles-là.
Ils avaient pour gîtes les trous, les grottes. Comme les bêtes, instinctivement, ils vécurent en groupe.
Anthropophages, mangeurs de hyènes, et de chacals, ils furent de tous les animaux les plus immondes et les plus faibles.


La Ronde du Temps

image





Valid XHTML 1.0!