Sommaire

Intoduction

- Quand le Temps est venu
- Une fois par cycle

Alchimie

- Blason Alchimique
- Symbolisme du langage alchimique
- Planètes et métaux
- Azoth
- Le Soufre
- Le Sel
- Le Mercure
- Le Grand Œuvre
- Dénomination de ceux qui œuvrent

Cabale

- Introduction à la Cabale
- Grand Livre du Monde
- Solstice d´Hiver
- Alchimie Divine
- Cabale
- Cabale et Carrés Magiques
- Lettres Mères et le Sacré
- KA-BA-L´AKH

Mantras

- Au commencement était le Verbe
- Les effets du Verbe
- Dies Irae
- Les Mantras

Formes-Vibrations

- Formes Vibrantes de la Nature
- Univers des Formes 1ère Partie
- Univers des Formes 2ème Partie
- La Septième Merveille du Monde
- Formes, Résonances et Vibrations 1ère Partie
- Formes, Résonances et Vibrations 2ème partie
- Arche d´Alliance
- Gisors et Chartres

Nombres

- Les Quarante Jours
- Les Séries

Médecine

- Terre des Hommes
- Plomberie Divine
- Métaux Alchimiques et Santé
- L´Eau
- L´Eau Vibrée
- Le Yoga
- l´OR Potable

Réflexions

- Saturne
- Démarche spirituelle
- Culture
- Naissance d´Adam
- Evangile des Egyptiens
- Réflexions
- Matérialisme et Dieu

Conclusion

- Le prix des choses
- Le livre s´achève enfin





Matérialisme et Dieu


Notre corps fait d´os, de chair, de sang est, comme toute chose vivante sur Terre, issu d´un germe, produit d´une fécondation.

Quand il s´est acquitté de sa fonction : exister, ne subsiste qu´une enveloppe, qu´une dépouille à laquelle les vivants, depuis le fond des âges, ont voué un culte.
Mais, que devient ce corps privé de Vie, cette forme ?
S´il n´est pas momifié ou réduit en cendres, le cadavre se putréfie par une Loi Universelle, valable pour Tout et qui frappe, sans exception, plantes et bêtes.

Le corps n´a, en fait, d´existence propre qu´en fonction de la Vie qui l´anime.
D´instinct, il assume les fonctions qui sont nécessaires à la Vie, à la reproduction.

Son évolution, depuis l´apparition des hominiens, a été très lente, mais chaque race a su conserver les traits distinctifs qui la caractérisent et que contiennent les gènes.
Il en est de même pour les plantes et les animaux.
Chaque race, chaque espèce s´est perpétuée au cours des âges, s´adaptant aux climats, aux nouvelles conditions de vie que lui imposait la planète.
C´est une Loi, toute mécanique, qui régit l´existence des choses et des êtres et rien n´existe que l´on ne voit et que l´on ne touche.

On a pu opposer l´homme à la bête par le langage, ses pouvoirs d´invention et de créativite, mais ce ne sont là que des manifestations sensibles, rendues possibles par une " étincelle divine " qui a touché l´homme, un jour.
L´Homme était dépositaire de la Connaissance.
Comment est-elle apparue et comment l´a-t-il utilisée ?

Parce qu´il est issu de la bête, l´homme la porte en lui, fait corps avec elle, prisonnier de cette enveloppe qui l´asservit, accapare ses pensées, oriente son existence, pèse sur la politique et engendre les guerres.

Il a détourné à son profit une Connaissance dont il a oublié et l´origine et la mission.
Maître du savoir humain, il veut régner à l´égal du Dieu oublié dont il prétend être l´image... L´homme de science tente de le débusquer, le recherche à l´abri d´hypothèses, s´évertue à vérifier sa présence ou son absence.

Rien n´est impossible à l´homme tant sa prétention est grande !

Il a pu réaliser des progrès extrêmes dans le domaine de la technique en faisant sienne la formule E = M.C2, basée sur la matière, le Déplacement et le Temps.
Pour ce faire, il a étalonné le Temps en fonction de ce qu´il voit et croit être le plus rapide : la Lumière.

Toutes les inventions dont se glorifient les hommes du XXème siècle ne sont que des prothèses à l´usage des infirmes que nous sommes.
Toutes les performances accomplies au cours de ces 20 dernières années tentent de réaliser le vieux rêve de l´humanité et permettent à l´homme de s´identifier au Superman des bandes dessinées, doué de pouvoirs supra-terrestres, on n´ose pas dire divins, inchangé au fil des ans, pour ne pas dire immortel.

L´œuvre accomplie, nous l´avons vu, a un double aspect.
Moderne JANUS, elle satisfait aux énormes besoins d´un présent immédiat et précaire, mais elle a ignoré l´avenir qu´elle condamne.
Terre inhabitable, épuisée, polluée.
L´homme tue tout ce qui le gêne, détruit tout ce qui se dresse sur son chemin. Et, finalement, à bout de ressources, se retourne contre lui-même, perfectionne les techniques de guerre, sans respect des vies à venir.

Issu de la bête, vulnérable, fragile, parmi les bêtes, sa lente évolution au cours des milliers d´années le remène à la bête : le Cycle est bouclé et l´évolution le ramène au néant.

Les techniques d´information les plus perfectionnées ne rendent pas l´information plus objective. Tout semble fait pour susciter le goût du scandale, le sadisme latent des lecteurs, des télespectateurs, qui se repaissent en leur fors intérieur, de guerres lointaines, de la faim dans le monde, ou d´une fusillade d´otages.

" Mens sana in corpore sano.." :
L´éducation physique, la gymnastique, en un mot le sport a cédé la place à la compétition la plus acharnée pour canaliser la jeunesse, l´essouffler et lui faire accepter, sinon oublier une société déclinante, décadente.

Qui plus est, on se bat pour protester contre une décision d´arbitre, l´on se tue comme à la guerre avec la même conviction et la même indifférence.

Le "vulgum pecus" s´achemine opiniâtrement vers une structuration complète. Société d´individus privés de nom, numérotés, mis en carte et fichés en catégories..
L´homme va, conscient, vers cette mort apparente par faiblesse, par ignorance ou par indifférence.
Pareil à la termite, il obéit, dès la naissance à l´ordinateur son dieu, s´adonnera à la fonction qui lui est impartie, fera des sacrifices à son égrégore, le dieu-monnaie de la puissance matérielle.


Qu´a-t-il fait de la Connaissance divine ?
Il l´a oubliée au fil des âges, plus soucieux de son ambition, du confort et du profit.




Valid XHTML 1.0!