Sommaire

Intoduction

- Quand le Temps est venu
- Une fois par cycle

Alchimie

- Blason Alchimique
- Symbolisme du langage alchimique
- Planètes et métaux
- Azoth
- Le Soufre
- Le Sel
- Le Mercure
- Le Grand Œuvre
- Dénomination de ceux qui œuvrent

Cabale

- Introduction à la Cabale
- Grand Livre du Monde
- Solstice d´Hiver
- Alchimie Divine
- Cabale
- Cabale et Carrés Magiques
- Lettres Mères et le Sacré
- KA-BA-L´AKH

Mantras

- Au commencement était le Verbe
- Les effets du Verbe
- Dies Irae
- Les Mantras

Formes-Vibrations

- Formes Vibrantes de la Nature
- Univers des Formes 1ère Partie
- Univers des Formes 2ème Partie
- La Septième Merveille du Monde
- Formes, Résonances et Vibrations 1ère Partie
- Formes, Résonances et Vibrations 2ème partie
- Arche d´Alliance
- Gisors et Chartres

Nombres

- Les Quarante Jours
- Les Séries

Médecine

- Terre des Hommes
- Plomberie Divine
- Métaux Alchimiques et Santé
- L´Eau
- L´Eau Vibrée
- Le Yoga
- l´OR Potable

Réflexions

- Saturne
- Démarche spirituelle
- Culture
- Naissance d´Adam
- Evangile des Egyptiens
- Réflexions
- Matérialisme et Dieu

Conclusion

- Le prix des choses
- Le livre s´achève enfin





Démarche spirituelle


Rechercher Dieu dans de vieux papiers, c´est faire comme le chiffonnier qui trie les détritus.

Il faut oser rejeter tout ce qui vient de loin, tout ce qui est usagé, éculé, hors d´usage : Alors la Vérité est proche, la vraie Foi.
Savoir se dépouiller, s´amputer de ce que l´on a fait de nous, c´est-à-dire de soi-même.
Quitter la carapace, l´armure des hommes d´armes, la robe du mandarin qui protège, dissimule et travestit ce que nous sommes.
Pour se retrouver enfin parfaitement nus, mobiles et forts.

Adhérer à une religion, à un dogme ancien au XXème siècle, c´est l´accepter dans sa totalité philosophique et historique et endosser tous les actes qu´elle a permis.
Comment peut-on trier l´ivraie pour ne conserver que le froment de religions qui ont amené les fidèles à tuer et à massacrer au nom de Dieu ?
L´inquisition, l´intolérance, les guerres de religions, le bûcher Montségur, le sac de Mexico, le sacré cœur de Jésus cousu sur le burnous des soldats et Arnaud Almaric sont incrits dans leur trame, comme les martyrs des premiers âges et les pères du désert.

Tout meurtre, toute violence justifiés au nom de Dieu est impensable.
Tout interdit est, de même, impensable.

A l´heure actuelle, quiconque cautionne ou valide ces mouvements, ces dogmes, devient responsable de ce qui a été.

La cause à laquelle on devrait adhèrer actuellement est la cause première, originelle, initiale, mais aussi une cause intermédiaire, car rien n´est figé.
Si l´on épouse une religion qui a usé de la force, de cruauté, de mort, on est par là-même solidaire et responsable de ses meurtres et de sa cruauté.
Au même titre, un néo-faciste à ce jour, est solidaire du fascisme du IIIème Reich, des génocides, et se doit de les revendiquer.
Il en est de même pour les partis politiques, comme pour les mouvements religieux, ils usent des mêmes armes.

Prendre conscience de ce que l´on représente, maintenant, est une obligation : Il est trop facile et trop lâche de choisir, de trier, d´ignorer le mal, en prétextant qu´il est d´un autre temps ! Que la mémoire est effacée ! La corruption reste entière quand les excès ont contaminé le fruit.


Certains pensent aller à Dieu par des démarches diverses : contraintes physiques, alimentaires, ascèse qui les affranchit du corps, pour libérer l´esprit.

Les adeptes de la naturopathie, qui, pour se " réaliser ", pratiquent un régime végétarien, sont des personnes à courte vue et paradoxalement immorales .
Elles bannissent la viande de leur alimentation parce que produit de mort, et se procurent dans les boutiques spécialisées, les produits végétaux, naturels, biologiques et se nourrissent de bonne conscience, grâce à un argent gagné par la vente de produits de morts : chars Amx, mystères, centrales atomiques... Abattoirs pour le cheptel humain et autre qui ne cessent pas de fonctionner.

Poussons le raisonnement jusqu´à l´absurde pour ceux, " sensibles " qui ne sont pas convaincus .
Sans parler des manteaux de fourrures, il faudrait logiquement renoncer aux sacs, chaussures, ceintures, aux vêtements de peau, mais aussi penser aux légumes en pleine croissance qu´on arrache, aux salades que l´on cueille .... Ou attendre le fruit qui tombe de l´arbre et qui se détache à maturité.

Toute consommation, au sens large du terme, si elle fait disparaître la vie, animale ou végétale est une tuerie.
Pourquoi différencier l´arbre que l´on abat, du mouton que l´on égorge, la rose que l´on cueille de la truite que l´on ébouillante ?

La nature, Mère-Nature, est ainsi faite que tout peut être mangé quand cela s´avère nécessaire.
Un oiseau granivore devient insectivore par nécessité.
L´homme, au cours de son histoire, a goûté tout ce qui pouvait l´aider a survivre : Il a mangé la hyène et bu son urine... Ne nous renions pas !
Il ne faut pas se leurrer, les céréales les plus anodines ont un relent de viande pourrie, plus abject que le bas morceau dont se contente à sa cantine un simple ouvrier.

Privilégiés par le climat, par notre niveau de vie, nous avons le luxe, du choix.
Les Esquimaux ne pourraient-ils accéder à Dieu parce qu´ils ne mangeant que du phoque ou de la baleine ?

Il est indéniable que l´essor démographique, avec l´essor des sociétés industrielles a amené l´homme à une alimentation essentiellement carnée.
Cela remonte à la nuit des temps - pour survivre.
Il faut savoir que l´on est complice, solidaire, de tout notre passé et que l´homme du XXème siècle est responsable de l´Humanité qui l´a précédé.
Comme le chrétien d´aujourd´hui doit rendre compte de l´Eglise et de ses excès.

Croire se purifier, c´est limiter Dieu à sa personne, c´est le réduire à nous, à notre image, à notre bonne santé, à notre bonne conscience.
C´est à la fois puéril et grotesque : Dieu sait.

Ces fanatiques de leur corps sont plus condamnables que ceux qui connaissent le goût de ce qu´ils mangent, de ce sacrifice quotidien, de cette communion.


Les pays où déferle un essor démographique incontrôlé, où explosent les naissances, sont aussi des pays de pénurie et de famine.

Les morts s´allongent sur les trottoirs des avenues de Calcutta, attendant d´être enlevés comme les immondices et les vaches sacrées, faméliques, broutent paisiblement les légumes à l´étalage du petit maraîcher.
D´un côté, famine, mort, misère, castes,...
De l´autre, les brahmanes, les temples, les sectes et les universités religieuses.

De l´Inde, ce grand temple déserté par les dieux, affluent des maîtres aux pieds d´argile, des gourous, qui se disent détenteurs d´amour et de vérité et qui sont censés nous révéler l´ultime sagesse...

La gymnastique intellectuelle et physique, les régimes alimentaires prônés font fureur, mais pour les hommes que nous sommes, c´est rechercher Dieu dans de vieux papiers, accommoder de vieilles recettes, faire œuvre de chiffonnier.


SAVOIR CE QUE L´ON EST, EST LA VERITE
mais,
SAVOIR TOUT, ou alors N´ETRE RIEN
.






Valid XHTML 1.0!