Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





Quel est le sens du Diable ?


La définition du diable, d´après l´Apocalypse, met en évidence une puissance temporelle énorme en laquelle croit une multitude de gens, il est écrit par les prophètes qu´à un moment donné il sera pratiquement le maître de la Terre.
Ce Temps est venu.
Il ne faut pas faire du diable une entité isolée, un être malfaisant qui tente les pauvres gens, ni le voir seulement dans le communisme et autres doctrines religieuses ou politiques qui font peur.
Il règne mondialement en gourou et pas des moins influents. Notre société qui paradoxalement parle le plus de Dieu en est peut-être la plus représentative.
On pourrait voir l´empreinte de cette puissance sur la société par une très longue liste : à la fois dans ses structures, ses doctrines, ses obligations, ses interdictions, sa cruauté, son sadisme, ses fraudes, ses tabous, son orgueil, son mode de vie, ses religions, ses sociétés secrètes-politico-religieuses, ses génocides, ses idolâtries, ses guerres saintes, son amour du pouvoir, de l´or, etc...

Les prophéties bibliques le décrivent avec une précision étonnante.
De même, les écrits égyptiens révèlent une connaissance profonde, inégalée de l´homme, alors que certains les considèrent comme des récits imaginaires.
Les sages de l´Egypte ancienne qui nous ont transmis ces textes savaient que la décadence de l´homme amènerait mondialement des modèles de sociétés diaboliques et qu´elles empêcheraient un nombre infime d´hommes parlant réellement de Dieu, de se faire entendre.
Par contre, les faux prophètes bibliques jouant les gourous, ayant perdu toute vision de vérité, au profit de leur propre personne, ont trouvé une large écoute.
Actuellement, certains jouent les faux prophètes pour être aimés ou pour gagner de l´argent, d´autres par orgueil ou pour passer le temps... Mais les religions qui jettent l´anathème sur ces prétendants, - dont certains pourraient être plus proches de la vérité - ne sont-elles pas représentatives d´une anti-vérité ?
Refusant de l´admettre, elle s´accrochent à leur radeau en détresse.
Le Pape ose aller en Amérique latine alors que le christianisme y a été implanté à coups de cravache, de tortures atroces et de génocides .

Dans l´antiquité les religions faisaient preuve de plus de sagesse. Lorsqu´elles se rendaient compte qu´elles ne répondaient plus à un besoin, qu´elles n´avaient pas obtenu ce qu´elles attendaient, elles acceptaient de disparaître petit à petit, quitte à évoluer, à admettre un nouveau Dieu, ou à créer une nouvelle vision du divin.
Mais actuellement, les religions continuent à parler de Dieu alors qu´elles marchent sur des monceaux de cadavres et que leurs miracles d´antan n´ont plus cours depuis les progrès des sciences.
Si certains miracles ont bien lieu, ils ne sont pas imputables à Dieu, mais à la croyance fervente des foules. Des guérisons obtenues par des athées, en des lieux non consacrés, en ont donné la preuve.

La religion chrétienne a-t-elle craint que Dieu ne puisse exister sans les pêches miraculeuses, la multiplication des pains, la marche sur les eaux et autres miracles de ce genre ?..
Dieu a-t-il besoin, pour être aimé, de toutes ces supercheries et enfantillages ?

Les prophéties, les paroles et les enseignements sacrés auraient dû être transmis tels quels, sans déformation, sans fioritures, sans être utilisés par les religions pour servir leurs propres besoins.
Les Messagers se sont toujours manifestés pour annoncer ce qui se passerait sur Terre, mais trop dérangeants certains ont été tués, brûlés, d´autres ont succombé à la tentation en se laissant récupérer par les mouvements religieux en place, bouddhistes, judaïques, chrétiens, etc... Ils ont disparu en tant qu´individus et leur message a été repris, adapté par les religions dans lesquelles ils s´étaient intégrés.
Les religions n´ont pas échappé aux travers de l´homme vaniteux et paranoïaque qui prend à son compte un message qu´il est chargé de transmettre.
Agissant ainsi, elles ont empêché l´homme de comprendre quel était son travail et comment l´accomplir.
Mais peut-être devait-il accéder à une connaissance plus étendue, fruit de ses recherches inconsidérées et de ses erreurs ?
Peut-être était-il normal que le diable dont il est le représentant, se révèle totalement pour que Dieu puisse espérer ?
Ce diable qui, à travers l´homme veut tout conquérir, même le cosmos, mais qui a compris d´où il était issu, où il devait aller, vers quoi !
Et cette compréhension, il l´a obtenue à grand renfort d´erreurs, de cruautés, de haine, de mensonges, de duplicité, de fric, etc...







Valid XHTML 1.0!