Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





Références à certaines données romaines


   Dans le cadre des religions romaines de l´Antiquité, le début de la saison militaire était marqué en Mars par les danses des Saliens et le mois d´Octobre indiquait la clôture des opérations.

Un des calendriers les plus importants - appelé Numa - définissait une période de 235 jours fastes dont 192 comitaux (civils) et 43 jours réservés aux processions et sacrifices.
Cette période commençait le 24 Février et se terminait vers le 18 Octobre. Les fêtes et processions duraient deux fois ± 21 jours :

  1. Du 21 Mars, équinoxe de Printemps au 11 Avril, Grande Pâque et,
  2. Du 1er Septembre, Petite Pâque au 23 Septembre équinoxe d´automne, soit un total de 43 jours.

La période complémentaire dite néfaste, durait 119 jours dont 45 spéciaux étaient réservés aux fêtes anciennes.
Ces 119 jours définissant la période des Saturnales de Décembre, à cheval sur le solstice d´hiver, donnaient, ajoutés aux 235 jours de la période dite faste, les 354 jours de l´année lunaire.
La période dite néfaste peut se décomposer ainsi :

  1. Du 18 Octobre au 31 Décembre : 75 jours situant à la fois le point maximum de la course du Soleil à l´Ouest et le retour de sa course vers l´Est, à partir de ce même point.
  2. Du 1er Janvier au 14 Février, les 45 jours restants terminaient l´année lunaire et indiquaient le commencement de la seconde année lunaire, le premier de l´an étant célébré le 14 Février.

Ces deux dates sont restées la référence directrice permettant de situer à la fois l´année lunaire et l´année solaire.

Indéniablement, le Huit solaire a été à l´origine des calculs du Temps.
Le rapport entre la boucle supérieure et la boucle inférieure donne : 1,896 et le rapport entre la hauteur totale et la petite boucle est de: 1,896 + 1 = 2,896.
L´année peut se concevoir morcelée en deux portions :
- L´une figurant la période chaude
- L´autre la période froide.
Périodes appelées par les Anciens, période faste et période néfaste.
Ainsi on a : 365/2,896 = 126 jours
126 x 1,896 = 239 jours
et 239 + 126 = 365 jours.

Ceci donne une année commençant le 23 Février au lieu du 24 et finissant le 19 Octobre au lieu du 18 octobre.
La période froide se trouve à cheval sur le solstice d´hiver le 21 Décembre, soit 63 jours après le 19 Octobre et 63 jours avant le 23 Février.

Pour les personnes intéressés qui ont parcouru le chapitre du "Huit solaire", rapellons que l´ère Adamique biblique commence en 3.761 ans avant Jésus-Christ, soit en -5.744, on constate alors le même rapport :
3.761/1.983 = 1,896
et jusqu´à nos jours :
3.761 + 1.983 = 5.744.
5.744/1.983 = 2,896.

La période Adamique totale sur une révolution de Sirius de 365 ans donne :
5.744/365 = 15,73
et
1.983/126 = 15,73.

De tout temps, l´homme a copié la Nature et ce plagiat continuel a été le seul moteur de son évolution.

L´homme a sur ce principe utilisé différents moyens :
- Le plagiat intellectuel, alimenté par une mémoire livresque, structurée. C´est ce que l´on nomme instruction, et avec elle, l´homme s´est enfermé dans des dogmes, des théories, des doctrines.

- Le plagiat cosmique, lui, fait appel à une autre démarche, il puise dans la Conscience Universelle. Tous les hommes sincèrement motivés peuvent y avoir librement accès. C´est l´intelligence, aptitude fondamentale et inépuisable de l´homme. Elle lui permet de s´enrichir de toujours plus d´informations logiques et incontestables.

Bien sûr, les possibilités de plagiat sont limitées à notre système. Tout y est vibration, énergie. Le Soleil, les Etoiles, les Planètes, la Nature toute entière, émettent des informations que l´on peut capter. C´est la Création elle-même qui alimente cette mémoire et non pas uniquement les expériences des hommes qui nous ont précédés. Si notre cerveau peut percevoir ces vibrations, c´est parce qu´il a la même structure moléculaire que la matière interstellaire. Ce n´est pas l´homme en soi, mais le cerveau qui est merveilleux !







Valid XHTML 1.0!