Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?


   Scientifiquement, l´homme a prouvé, dans certaines limites, qu´il était capable d´aborder la connaissance. Malheureusement, on ne peut pas dire que cette aptitude globale s´étend à toute individualité. (aptitude paralysée, entre autres, par une incommensurable prétention) Fier de sa capacité à compter le nombre de molécules, l´intellectuel se croit intelligent alors qu´il est pourtant incapable de maitriser cette matière. Parce qu´il fait des ersatz, de pâles copies de la Création, il croit en être le père.

A l´origine, les religions avaient certainement conscience de ce que pouvait représenter le divin, mais la nécessité de se mettre au goût du jour prouve qu´elles ne détenaient pas de vérité.

Vérifier le bien-fondé et la réalité de ce qui tient à cœur est une nécéssité de logique et de respect.
Ainsi, avec les données archéologiques et scientitifiques d´aujourd´hui, les adeptes judéo-chrétiens lisant la bible, auraient dû remettre pas mal de choses en question, à commencer par la naissance d´Adam en l´an 3761 avant Jésus-Christ.
On peut comprendre que la vision de la création soit fonction des besoins et des connaissances acquises à chaque époque, mais, au XXème siècle, apogée du savoir humain, il est impensable d´accepter et de perpétuer des structures démodées, périmées, tronquées imposant encore des points de vue religieux accommodés à la sauce "miracle et malédiction". (Ces miracles, même s´ils se produisent, donnent lieu à des guérisons que l´on peut qualifier d´hystériques. Elles se manifestent indépendamment d´une force qualifiée de divine, on a pu constater que ces phénomènes exceptionnels pouvaient se produire selon des processus ritualisés étrangers aux religions concernant tout aussi bien des sujets athées.)
L´adoration aveugle et faussée d´un dieu est à mettre dans le même sac que celle des faux prophètes, gourous et autres grands maîtres ; et si des religions ont eu à leur base de vrais prophètes, c´étaient uniquement des personnages messianiques qui ne voulaient pas être pris en charge par des structures politico-religieuses. Malheureusement ils n´ont pu éviter une récupération perverse de leur enseignement en doctrines contradictoires, qui ont abouti aux abus et génocides connus sur tous les continents. Ces religions n´ont rien prouvé si ce n´est qu´elles ont existé par la force et la torture.

La critique, l´analyse rigoureuse, le refus des écrits sacralisés, ne pourront jamais être l´objet d´une malédiction pour celui qui a vraiment la foi car seule la recherche de la perfection peut amener l´homme à connaître l´absolu.
Cette connaissance doit correspondre aux données scientifiques expérimentées, issues du travail humain et non pas reposer sur des messes, cérémonies théâtralisées, rituels magiques, totalement inutiles.
Il n´est pas non plus question d´athéisme mais de logique.

C´est un fait qu´une religion cherche à perdurer par le nombre de ses adhérents. Mais pourquoi leur raconter des balivernes !
Si le but annoncé est bien de rechercher la vérité, les dirigeants religieux devraient être les premiers à accepter la réalité des faits historiques et scientifiques sans essayer de les tronquer, les dissimuler voire les censurer.
Pourquoi certaines découvertes archéologiques ou scientifiques sont-elles passées sous silence ? Remonter dans le passé jusqu´en l´an 3700 avant Jésus-Christ, cela passe encore, mais au-delà, cela dérange trop l´ordre établi, et la censure joue son rôle !
- C´est ainsi que des périodes comme le paléolithique et le néolithique, extrêmement embarrassantes pour la religion, deviennent Tabou.
- Quand la mise à jour des tablettes d´Ebla a permis de constater que le nom d´Abraham était cité cinq cents ans avant la date biblique, à une période antérieure au Déluge, qu´avons-nous constaté : Un mutisme sur le sujet et aucune remise en question des écrits bibliques ! ( Voir document sur les décourvertes d´Ebla, dans la rubrique textes.)
- Quand un personnage, en bon chrétien, a daté le zodiaque de Dendérah "dans les normes", il l´a fait par complaisance envers le Pape pourtant d´autres chercheurs ont remarqué que la disposition des astres prouvait que ce calendrier avait une origine bien plus ancienne et qu´il s´agissait d´une copie. (cf chap. hiéroglyphe)
- Les fêtes de Pâques des cultes judéo-chrétiens ne sont qu´un leurre. Elles marquent une victoire d´un jour, de la Lune sur le Soleil et l´on a construit, sur ce fait, une religion pour l´éternité : Yavé est un dieu lunaire, issu d´un événement faussé et enjolivé.

Pourquoi renier l´évidence ?
Que penser de cette exploitation des gens ignorants et sincères en quête de divin ?
Comment rester complaisant devant tout un système ecclésiastique dont la continuité est assurée par ses représentants en titre ? Système, à l´exemple de la royauté, instauré à l´aide de bûchers, de sacrifices, de pendaisons, d´inquisitions et toutes sortes de guerres plus atroces les unes que les autres. Religions cachant souvent un mysticisme effroyable, que l´on qualifierait aujourd´hui de fascisme.

Actuellement, ces guerres de religion se trouvent disséminées un peu partout dans le monde : une quarantaine de pays environ, allant de l´Amérique du Nord, l´Amérique du Sud, l´Angleterre, l´Irlande à l´Iran, l´Irak, l´Inde, la Corée, le Liban, etc..... Dans ce vaste génocide, le nom de dieu sert de prétexte aux hommes pour justifier leurs crimes. En réalité, ils défendent leurs "grandes idées" bâties sur un grand vide et sur des éphigies de bois devant lesquels des millions d´individus se prosternent.

Comment est-il possible, au XXème siècle, de se présenter avec une vierge noire sur le dos alors qu´elle se singularise en tant qu´usurpatrice du dieu d´origine ?
Comment ne pas mettre en doute le bien fondé de ces religions qui se disent détentrices de la vérité dont les représentants sont diplômés de cathéchèse, de torah, de coran... assermentés mais qui, persuadées d´avoir un légitime monopole, se massacrent et se haïssent les unes les autres.

Croissez et multipliez, c´est diviser pour mieux régner ! A quoi bon ? Il n´y a pas de privilégiés et ce n´est pas en protégeant un secret, en prévision de l´ère messianique que l´on peut penser se désigner élu. L´idée même de pouvoir s´approprier dieu est sacrilège, justifiant dans les textes l´irrémédiable malédiction. La mane n´est pas à leur disposition !






Valid XHTML 1.0!