Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





L'homme a-t-il depuis toujours
été en conflit avec ses frères ?


L´histoire de Cain et Abel, enfants d´Adam, est en réalité l´histoire d´un même personnage issu de Dieu, en conflit si profond avec lui-même que cela l´amène en quelque sorte à un dédoublement. Choisissant la matière au détriment de l´Esprit, il devient essentiellement agriculteur, tuant ainsi le divin en lui, afin de laisser place à son petit personnage humain.

Un conflit identique oppose Osiris et Seth ; l´un représentant le spirituel, l´autre le temporel, l´homme-matière qui, ne pouvant tolérer de contradiction en lui, supprime son Kâ, son double spirituel.
Tout comme la société qui, sans se soucier de la vérité se débarrasse de ce qui la gêne afin de justifier sa morale, sa structure, sa civilisation.

L´histoire de Moïse, enfant trouvé dont le nom signifie " Sauvé des eaux ", est toute aussi intéressante et significative.
Adulte, condamné pour avoir commis un crime, il s´enfuit d´Egypte puis y revient comme si de rien n´était, pour parler d´égal à égal au Pharaon et faire sortir du pays tous les hébreux.
C´est pour cela que le récit lui attribue un frère Aaron.
Moïse, l´homme vindicatif, coléreux, représente la société avec tous ses travers.
Aaron, le prêtre, représente l´Esprit, et en le faisant mourir avant Moïse, le récit biblique fait apparaître l´homme gêné par son côté divin et qui s´en sépare afin d´excuser et de justifier tous ses méfaits. Moïse et Aaron expriment alternativement un tout, et ce n´est peut-être pas sans raisons que Moïse s´est vu interdit d´accès à la terre promise.

Quand à Jacob, en changeant son nom en celui d´Israel, signifiant " fort contre Dieu ", il a détruit sa partie divine, pour transmettre aux hommes des commandements, des lois, des interdits qui n´ont d´intérêt que pour ceux chez qui la notion de Dieu est absente.
Contrairement à ce que l´on pourrait croire, les lois n´ont pas été instaurées pour honorer ou respecter Dieu, mais pour justifier une société parmi tant d´autres.


Ecrits anciens, mythologies, retracent des conflits semblables entre l´homme-matière et l´homme-Esprit, et le premier sort toujours vainqueur.
De tous temps les gens ont eu accès à la connaissance, malheureusement très vite supplantée par leurs intérêts.
Dieu n´a d´importance que s´il n´est pas gênant, et l´homme, possessif, orgueilleux, a bien voulu le tolérer en lui accordant le droit de s´occuper uniquement des morts mais surtout pas des vivants.
Osiris, Saturne, Lucifer, tous ont été relégués aux enfers comme Gardiens des morts.

Tout homme connait cette lutte permanente entre sa nature terrestre et sa nature divine, mais par facilité, par lâcheté, il remet à plus tard ce qu´il devrait faire avant et non après sa mort.

Consciemment, l´homme a fabriqué ces dieux à son image, nantis de ses travers, partageant ses opinions, mais il se réserve toutefois la possibilité de les tuer et de les ramener éventuellement à la vie.

Quelle aubaine, cette résurrection de Jésus revenu simplement pour annoncer aux hommes " Je vous pardonne, Dieu vous a pardonné!"

Un être parjure, immoral, malhonnête, idôlatrera ces dieux, reflets de lui-même et détestera ceux qui le contradiront.
Combien de personnes ont-elles été brûlées vives, qualifiées de diaboliques pour avoir osé parler d´un dieu plus représentatif et avoir démontré les imperfections des divinités en place.

Bourgeoisie, clergé, noblesse sont des classes issues d´un conflit entre l´homme et l´Esprit. Désireuses de conserver leurs privilèges et de prouver leurs justes raisons, quitte à s´inventer une généalogie de sang-bleu si cela leur semble nécessaire.

Nul besoin de travail personnel quand les privilèges deviennent héritage..., société pitoyable dans laquelle l´homme disparaît devant la matière.






Valid XHTML 1.0!