Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





Liberté et Informatique


En 1983, parler de liberté est devenu une gageure pour ceux qui en connaissent le prix. Extraditions, vengeances, abolitions, prescriptions, tortures, génocides, emprisonnements des gens désireux d´informer sont couramment pratiqués. Si la société continue sur sa lancée, ces états de faits risquent de s´éterniser.

Les voyages touristiques laissent un semblant de liberté aux gens malgré quelques restrictions telles que la carte d´identité, le passeport, le visa, le permis de séjour, etc… Les jeunes qui pensent pouvoir voyager librement dans le monde, dans les années à venir, s´illusionnent car cette apparente liberté diminue surtout dans les pays démocratiques, Amérique en tête.

Grâce à l´informatique, l´ordinateur espion permettra de suivre un individu à la trace dans ses moindres déplacements par le biais des devises, des prélèvements, des comptes contrôlés par des pseudo­cartes de crédit qui vont se généraliser avec la complicité de tous les gouvernements. Ces cartes vont devenir un moyen de contrôle irremplaçable puisque ce mode de règlement sera imposé et restera le seul à disposition. Dans tous les pays, provinces ou villages dans lesquels séjournera un individu, son passage laissera des traces aussi indélébiles qu´en laisserait un produit radioactif injecté dans ses veines. Déjà, voyager incognito en avion est impossible, le nom du passager étant automatiquement inscrit dans l´ordinateur qui met en fiche. Tout comme cela se faisait dans certains films d´anticipation décrivant des civilisations complètement folles !
Ainsi, l´ordinateur peut disposer de réponses favorables ou défavorables selon les données des fichiers et être utilisé à d´autres fins que celles supposées. Il y a vingt ans, ces mises en fiches paraissaient utopiques, invraisemblables, réservées aux romans ou aux films de science-fiction. Or, en l´espace de quelques années, le vingtième siècle est entré dans ce système horrible, où la liberté n´est plus qu´un leurre où chacun est prisonnier de lui-même par la bêtise qu´il a eu d´accepter tout ce qui lui a été proposé sous forme de gadget.

En effet, l´électronique telle qu´elle se fait en France, laisse présager une utilisation sournoise. Pourquoi dépenser tant d´énergie en prenant pour cible les enfants si ce n´est pour qu´ils foncent dedans tête baissée !
En France, il est question d´un fichier de vingt mille ou trente mille personnes mais en réalité tous les gens qui utilisent des cartes de crédit sont déjà en fiche ; sous le couvert d´une plus grande liberté d´action, ils se constituent prisonniers, victimes de leurs cartes et de leurs chéquiers. Et si l´on a renoncé aux photos prises dans les grandes surfaces, c´est que l´on a trouvé mieux.
Que les chéquiers soient mis en fiche par l´ordinateur, cela pourrait encore passer. Mais en réalité, ils sont mis en circuit différé permettant ainsi le contrôle de toute activité par la police, puis par la police parallèle, et ainsi de suite pour tôt ou tard se trouver à la merci de bandes organisées.

Comment avoir confiance ? Qui peut prétendre que ces ordinateurs font partie d´un secret absolu alors que l´inscription n´est même pas codée ?
N´importe qui peut y avoir accès. Le principe même de cette codification fait peur, d´autant plus que les gens ont l´air de l´accepter naturellement comme si elle ne représentait aucun danger ou s´ils s´en moquent n´y voyant que les avantages immédiats, un amusement, une nouveauté ou encore une sorte de gadget que le voisin ne possède peut-être pas encore.
Si nous nous trouvions en période d´occupation comme par le passé, imaginez un instant dans quelle situation se trouveraient les gens n´utilisant que des cartes ou des chéquiers ! Ils n´auraient aucune possibilité de s´en tirer car le simple achat d´essence ou de chocolat permettrait de les localiser au jour, à l´heure et à la minute précise, l´ordinateur fonctionnant instantanément. D´autres systèmes plus compliqués seront inventés par la suite : des cartes magnétiques permettront de pister tout individu sans lui demander son nom et celui-ci n´aura plus aucune possibilité de se mettre à l´abri pour échapper à une vengeance quelconque.
Quelques uns, se rendant compte du danger, ont dénoncé cette atteinte aux droits de l´homme. Qu´en est-il advenu ? Bafoué de tous côtés, il prend l‘allure d´un esclavagisme ordonné et voulu, d´une sorte d´utopie. Ceux qui admettent ces conditions n´osent pas « ruer dans les brancards » et oublient que leurs enfants auront peut-être envie de réagir, malheureusement, ils les auront ligotés avant même leur naissance. Ce désintéressement des parents est alarmant car ils ne se préoccupent plus de la vie de leurs enfants et paradoxalement, font tout pour aliéner leur liberté et les laisser conditionner comme s´ils désiraient leur ôter toute vitalité.







Valid XHTML 1.0!