Sommaire

-   Préface

-  Il y a bien longtemps

-  L´homme a-t-il depuis toujours été en conflit avec ses frères ?

-  Les Cathares

-  Des philosophes aux grandes révolutions

-  Histoire et fascisme

-  L´homme face à la religion

-  Quel est le sens du diable ?

-  L´Information

-  Vision juste - enfer & paradis

-  Si l´homme voulait être digne

-  Société autoroute

-  Le Cirque

-  Exister et Responsabilité

-  Le Mal de la Société

-  Quand l´habit fait le moine

-  Soit Babel et tais-toi !

-  Chauvinisme

-  Existence et recherche de Dieu

-  Liberté et l´Informatique

-  Le Clonage

-  Quelle place pour un "Don du Ciel" dans nos sociétés ?

-  La Quatrième Dimension

-  Si Moïse m´étais conté

-  Alchime - Alchimie divine

-  Divine Société

-  Conscience et finalité

-  Et parce qu´ISIS après la mort d´OSIRIS...

-  La Mort Satanisée

-  L´Anté-Christ

-  Paraboles

-  Hiéroglyphes

-  SIL

-  Occident-Saturne

-  Connaissance des anciens dans l´antiquité

-  Le Soleil et les pyramides

-   La Rose des Temps

-  Pourquoi a-t-on fait naître Jésus en l´an zéro?

-  Est-il normal que sciences et religions soient incompatibles ?

-  Déplacement du Soleil dans l´année

-  Le Huit Solaire

-   Le Déluge et ses correspondances avec les fêtes de Pâques

-  Références à certaines données romaines

-   L´auteur

-   Pourquoi ce livre





Soit Babel et tais-toi !

«Causes encore, tu m´intéresses, mais à une
seule condition: que tu parles de moi et de mes idées, sinon, tu le sais bien, infirme,
je n´entendrai rien, ni aujourd´hui ni demain.»

Les hommes étaient prétentieux et insouciants. Pour les punir, Dieu confondit toutes les langues, ainsi naquit le babélisme.

"Ainsi, le Seigneur les dispersa de ce lieu et sur toute la surface de la Terre et ils cessèrent de bâtir leur ville. Et c´est pourquoi elle a été appelée Babel, parce que ce fut là que Dieu confondit les langues des hommes."

A l´origine, il n´y avait, semble-t-il, qu´un seul langage. Puis la diversité apparut, entraînant avec elle l´incompréhension, la division, la mésentente, les querelles, les guerres.
Face à tous ces maux, certains ont espéré que l´instauration d´un langage unique permette aux hommes de mieux se comprendre. Ce fut le souhait de philosophes utopistes, qui, avec l´espéranto, crurent à un renouveau, une compréhension où chacun s´oublierait face à l´autre.
Malgré cette volonté, l´homme d´aujourd´hui semble vouloir renforcer le babélisme plus que jamais, faisant preuve d´un chauvinisme de plus en plus exacerbé qui va jusqu´à prôner la pratique des langues régionales en maternelle !

Quelles peuvent être les motivations de ceux qui agissent ainsi ?

Le seul orgueil de la beauté d´une langue semble difficilement concevable. Il semblerait plutôt qu´après s´être fabriqué toute une histoire quant à leurs origines, ils justifient ainsi une sorte de racisme, où tous ceux qui ne font pas partie de cette histoire, sont des étrangers et des intrus.
Ceux qui, sous prétexte de tradition se réclament avant tout d´un patois, d´un folklore, de coutumes, dissimulent pour beaucoup l´espérance d´une hypothétique autonomie.
Les Basques, les Lorrains, les Alsaciens, les Tourangeaux, les Provençaux, les Bretons, les Corses, les Picards... Tous prétendent avoir leur histoire, leur langue, leurs rites... Mais la majorité veulent surtout se singulariser et font ainsi œuvre de séparatisme par rapport à la France ?
Que cachent-ils en réalité derrière cette façade de folklore et de soi-disant maintien des traditions ?
Une hypocrisie sans nom, un procédé honteux pour garder bien vivantes les querelles passées et se moquer des autres à leur insu.
Quand on voit de jeunes écoliers au visage et à l´esprit sereins, recevoir un enseignement dans leur soi- disant véritable "langue maternelle", on ose à peine entrevoir le masque sous lequel apparaîtra l´adulte, devenu chauvin, sectaire et vindicatif. Pourquoi essayer de faire partager aux jeunes sous le couvert d´un enseignement, de tels ressentiments ?
Les parents devraient avoir l´honnêteté de faire part de la réalité historique de leurs véritables origines au lieu d´essayer de la camoufler derrière un pseudo-langage dont-ils seraient les seuls dépositaires. Le chauvinisme est déjà une plaie, quand on voit dans quelle ambiance se déroulent les rencontres sportives, où les batailles rangées sont régulièrement de la partie, vouloir amplifier ce phénomène est une véritable aberration.
Si le chauvinisme local continue de grandir, dans vingt ans la jeunesse de chaque région se sentira totalement séparée des autres provinces, matériellement et linguistiquement, toute gestion deviendra impossible et la haine régnera entre les hommes.
Le fait de codifier le babélisme dans sa propre province en créant des maternelles en langue régionale dénote une fin. Dans une vieille société, le babélisme apparaît partout, dans les métiers, les sports, la musique.. Quand on en arrive à vouloir insérer une langue de plus, on entérine définitivement le processus.

Pourquoi un peuple autrefois uni rechercherait-il à tout prix la rupture ?..

Chacun est convaincu d´une chose, c´est que lui seul a le droit d´habiter dans son coin de France, tous les autres sont des étrangers !
L´authenticité de son origine, le français la situe souvent dans un caveau bien rempli, et pourtant, la France est le pays qui a subi le plus d´invasions : les Huns, les Vikings, les Goths et les Arabes.. qui ont massacré les enfants, tué les hommes et violé les femmes. Dans ces conditions, de quelle origine parle-t-on ? Ces revendications sont tout simplement ridicules !
Quand ils parlent du sang qui coule dans leurs veines, il n´a souvent aucun rapport avec la langue qu´ils parlent et dont ils sont si fiers. Le vrai Basque, sur critère génétique est un donneur sanguin universel, alors sur ce terrain, de quel droit ceux qui ne le sont pas, parleraient-ils le basque ?..
D´ailleurs, vous noterez que ceux qui se glorifient d´une langue bien à eux la clament très haut et l´utilisent souvent au détriment des autres. Entrez dans un petit café de province, les conversations jusque-là en français passent en patois dans la minute qui suit votre arrivée. Ainsi, on peut dire tout ce que l´on veut de vous et toute communication vous est impossible. De même, qui n´a pas entendu les insultes prodiguées, sourires aux lèvres, au touriste étranger !
Ce que mériteraient ces gens, coutumiers du procédé, c´est que chaque grande ville s´attribue un langage spécifique. Quand on sait qu´elles représentent à elles seules les trois quarts de la population du pays, imaginons que Paris, Marseille, Lyon aient leurs propres jargons, il est sûr que ces gens, qui, du fond de leur contrée, traitent les autres d´étrangers, n´accepteraient pas de subir ce qu´ils font endurer aux autres. Accueillis dans une langue qu´ils ne comprendraient pas, on imagine assez bien leur ressentiment et leur haine qu´ils trouveraient légitime.







Valid XHTML 1.0!