Sommaire


-   RB Mémoire de Dieu

-   L´histoire du Messager

-   La mission d´RB sur Fomalhaut

-   L´histoire de la Terre

-   La deuxième moitié du cycle

-   Le passé de Fo

-   Le présent des hommes

-   Le Dieu Fo prisonnier

-   Le devenir du Cycle

-   La parole de Fo


Histoire de Fomalhaut

Le passé de fomalhaut.


RB, un instant distrait, repris la lecture des inscriptions des Evolutions depuis le début.

Fo à l´aube de son Temps :

Sur cette planète de première grandeur, l´atmosphère était à base de formol, les habitants vivaient dans des cavernes, en tribus et en familles, sur des sortes de sucs de fermentation. Leurs besoins naturels étaient quasiment nuls exeptée la nourriture qui se trouvait disponible en abondance.
Les corps des fobiens étaient naturellement carapaçonnés ce qui les rendaient peu sensibles à la température.
Ils correspondaient entre eux par télépathie et n´avaient aucun besoin d´habitation et de confort.

Un Fobien était le prototype idéal d´un être comblé.
Leur forcce était considérable, la plus grande connue de tout le Cosmos. Ils pouvaient soulever jusqu´à plus de deux cent fois leur propre poids.

RB était songeur.
Comment des êtres aussi favorisés avaient-ils pu sombrer dans l´incompréhension totale des lois de la Nature ?
Il continua de s´informer.
Leur évolution se déroulait convenablement quand bientôt leur démographie devint trop importante et l´atmosphère de la planète devint moins dense.
En conséquence, leur Soleil leur envoya une lumière trop vive qui devint pour eux insupportable.
Ainsi commença l´évolution proprement dite des Fobiens.

En premier lieu :

Ils creusèrent des villes souterraines et s´assemblèrent dans des galeries en groupes de plus en plus nombreux, pour se protéger de leur Soleil.
Ils durent alors travailler et fabriquer les ingrédients nécessaires à leur subsistance car ceux-ci allaient aussi en se raréfiant.
Des nations se formèrent, la société était bien gérée, intelligente.
La disparité des mœurs et des activités n´était pas un handicap. Ils s´amusaient et croyaient aux Dieux.
Cependant, leur démographie croissante et le manque de nourriture les poussèrent à créer des instituts de recherche pour y parer.
Ils firent de l´élevage industriel, asservissant les autres espèces de leur planète et même celles d´autres satellites de leur système.
Ils étaient les maîtres absolus de leur monde, des anti-dieux.

Puis ils inventèrent le Grand Ordinateur :

Pour organiser la totalité de leur vie. Cet ordinateur réglait tout, pas un fobien n´y échappa, chacun était fiché.
Les habitants de F0 n´avaient plus aucun souci, leur seul souhait était le confort, vivre bien sans heurts ni souffrances.
Alors disparut tout effort de réflexion, ils ne pensaient plus par eux-mêmes, la facilité primait sur tout.
La Technoctatie était là !

Plus tard :

Vint la période d´exacerbation des ambitions et des instincts possessifs, la période des idéologies.
Ce furent les guerres atomiques sans merci. A leur suite la démographie connut une nouvelle expansion favorisée par l´exceptionnelle physiologie des Fobiens.
L´énergie primordiale du Dieu FO se divisait tellement entre ses créatures que la part réduite de chaque individu s´amenuisait encore de jour en jour.
Pour pallier leur déficience, les Fobiens créèrent différentes prothèses.
Puis vinrent les effets des guerres nucléaires : des mutants naquirent diformes, apportant en cascade des maladies nouvelles. Les désordres dramatiques s´accentuèrent.

Ils pensèrent alors à créer des super-Fobiens :

Pour une super-vie gérée par un super-ordinateur.
Pour atteindre ce but, la société fut codifiée à l´extrême dans un souci de perfection si poussé que les lois, en trop grand nombre, n´étaient plus connues que du seul Grand Ordinateur.
La police faisait respecter durement cet ordre terrifiant.
Pour éviter les inconvénients de l´enfantement, et pallier à la stérilité grandissante, les savants de Fo mirent au point la procréation par un seul individu et un seul individu par ville.
Ainsi naquirent les reines, super-production de sélectivité, pur produit de manipulations génétiques.
Les reines fonctionnaient à ravir et l´on se laissa vivre.
Ce n´est que quelques générations plus tard que l´on s´aperçut que les individus issus de la reine n´obéissaient qu´à elle seule.
Ainsi les reines furent adorées comme des déesses.

Puis, ce fut la programmation des individus :

Avant même leur naissance, quantifiés en fonction des besoins : tant d´éleveurs, tant de militaires, tant de savants, tant de policiers...
Fait exceptionnel, tous venaient au monde avec l´équipement physique adapté à leurs professions.
Société sans outils ni besoins, les Fobiens étaient parvenus au sommet de la connaissance de l´être charnel totalement structuré.
Les reines aptes à se commander et à diriger voulurent rester seules maîtres de la société. Elles décidèrent donc de ne plus fabriquer de savants, puis elles ordonnèrent - décision fatale - la mort des Vivants en esprit, de ceux qui réfléchissaient encore par eux-mêmes, de ceux qui possédaient dans leur âme cette faculté d´être naturellement épris du vrai et prêt à tout pour l´atteindre.

Tournant décisif :

Les reines donnèrent seulement naissance à des individus totalement programmés, robots de chair, sans personnalité, morts dans l´âme.
De souterraines, les villes furent désormais construites en hauteur.
Les reines mirent au monde pour cela des constructeurs aux mâchoires disproportionnées qui avaient pour tâche de mâcher les matériaux, les digérer et les transformer en un ciment extraordinairement résistant.
D´autres spécimens étaient spécialement sélectionnés pour les travaux de maçonnerie.
Les reines connaissaient les formes aptes à réceptionner les vibrations d´énergie naturelle elles firent dans ce but édifiés ces cônes gigantesques.
La liaison entre alvéoles se faisait par un système de galeries percées en des points choisis de la construction afin que cette énergie se propage partout.

RB était sidéré : les habitants de Fo étaient devenus des machines spécialisées pour le service d´un seul.
Plus aucune réflexion, leur seul but, proliférer et aller à la perfection du perfectionnement.
Plus d´individualité, une masse au service d´un seul et unique spécimen égal d´un dieu, qui réglait jusqu´à leurs réflexes.
Ils avaient oublié pourquoi ils étaient et pourquoi ils fonctionnaient ainsi inlassablement, sans but.

Le sol de Fo fut bientôt couvert de ces cônes dont les dômes, chargés d´énergie, vibraient et chauffaient l´atmosphère, influençant les saisons.
La sècheresse vint et s´amplifia, mais rien n´arrêtait la prolifération des Fobiens.

Puis un jour, tout craqua :

L´énergie avait dépassé la cote permise et les cerveaux des reines éclatèrent partout, spontanément, sur toute la planète.
Aucune n´en réchappa.
Là s´arrêtaient les inscriptions des évolutions, depuis, plus rien !
L´affolement et le désarois des Fobiens fut si grand qu´ils ne surent même plus se nourrir.
Il ne restait plus d´issue que la mort qu´ils se donnèrent sans comprendre pourquoi.
Même les autres espèces, esclaves des Fobiens, disparurent.
Tout sécha sur l´étendue de la planète.
Les prédécesseurs de RB avaient conclu par ces mots :
- " Mort d´une planète par excès de bien-être et d´organisation ayant amené l´oubli de Dieu ".

Comment ces êtres, superbement doués, proches de Dieu, avaient-ils pu en arriver à se détruire eux-mêmes au point de détruire jusqu´à leurs âmes ?
Les cheveux d´RB se dressaient sur sa tête car il se rappelait ce qu´il avait vu et entendu sur la planète Terre où Fo avait laissé son empreinte mortelle.


Si RB avait choisi un corps d´homme pour assurer cette mission, c´est qu´il voulait réagir en tant qu´homme et non en tant que reflet de quelque chose.
Lui-même n´était qu´énergie pour laquelle Temps, Espace et Masse ne sont que prothèses, artifices mais il devait agir sur la matière déjà créée et pour cela obéir à ses propres lois.

L´enjeu était si grand que la Mémoire de Dieu devait intervenir directement. Dans une telle circonstance, RB ne pouvait matérialiser seul le vaisseau. Il lui fallait l´accord et l´aide des Mémoires qui régissent d´autres galaxies.
Après bien des hésitations, car la destruction d´une planète est infiniment plus grave que celle d´un humain, les RB se mirent d´accord et unirent leurs énergies pour matérialiser un vaisseau spatial avec tout l´équipement nécessaire, dans cette région de l´univers, au large de la planète Fo.

C´était pour RB la première intervention de cette sorte et aussi son plus grand désespoir.
Chaque fois que la Mémoire de Dieu intervenait directement c´était pour détruire et anéantir.
Mais il savait que l´enjeu était toujours le même : Dieu.
Il soupira... Il était la main exécutrice de la Loi et devait la respecter.

Il pensait aux hommes de la planète Terre qu´il avait bien connus et il sourit de toute leur littérature sur les soucoupes volantes et autres OVNI.
Les Terriens pensaient que ces vaisseaux mystérieux venaient d´autres planètes habitées, pilotés par des extra-terrestres.
La description de tels engins s´échelonne au cours des siècles depuis l´antiquité, les Chinois en parlaient et les figuraient sous forme de cerf-volants. A la Renaissance, on les représentait comme des mongolfières.
Selon l´époque, la vision primordiale inconsciente était habillée, colorée pour s´adapter aux possibilités techniques du moment.
Les hommes qui voyaient de tels vaisseaux devaient souhaiter, au fond d´eux-mêmes, qu´une force supérieure intervienne pour changer la structure de leur société devenue trop oppressante, c´était un peu le souhait de l´Apocalypse qu´ils formulaient ainsi par leurs visions.

RB ne souhaitait pas qu´un jour tous les Terriens voient réellement le vaisseau car cela signifierait leur fin et la faillite de la mission de la Terre.
Pour cette occasion fatale, le vaisseau n´aurait pas besoin de venir d´une autre planète, il se matérialiserait là, instantanément; car d´où aurait-il pu venir ?
Les hommes imaginaient des engins conduits par des êtres en chair et en os, en fait, en admettant même que leur physiologie soit différente, ils seraient de toute façon devenus poussière alors même que leurs vaisseaux n´auraient fait que quelques pas hors de leurs mondes lointains.
La matière ne peut aller plus vite que la lumière et les distances qui séparent la Terre des autres planètes habitées par des êtres intelligents sont bien trop colossales pour être franchies par des êtres matériels !

Quand le vaisseau de RB s´était matérialisé, cela s´était fait si simplement ! Une pensée et la matière était née, un son et c´était création.
Pensée, vibration, c´était Dieu, Dieu créateur.

Les quatre milliards d´êtres pensants sur Terre étaient loin de cette simplicité !
Pourtant Dieu n´est ni un savant, ni un mathématicien, et l´accès à la Connaissance n´est réservé ni aux érudits, ni aux intellectuels.
C´est pour cela qu´il est dit : " Un jour proche, même les enfants sauront. "

RB se mit en contact avec la Terre et il sut que là-bas tout allait de mal en pis...






Valid XHTML 1.0!