Sommaire

Cycle de l´homme

-   La conscience de l´hominien

-   Il y a 30.000 ans ....

-   La découverte de la pierre

-   La génération spontanée des Adams

-   L´écriture

-   Les premiers Pharaons

-   Les Mythes

-   Osiris, Mythe ou Espérance ?

-   Création de l´Univers

-   Création et finalité du Cosmos

-   Habitat de l´Univers

Réflexions

-   Le Temps

-   L´homme dépend d´un temps bien précis

-   Entretien avec un journaliste

-   Aller plus loin

-   Esprit et spiritualité

Documents

-   Evangile de Thomas - Versets & Commentaires

-   Les Tablettes d´Ebla



Isis ou Osiris
Mythe ou Espérance ?


A vouloir être trop précise dans les dates et la généalogie, une religion se révèle tôt ou tard, erronée et loin de la vérité.

Prenons pour exemple la version que nous offrent les judéo-chrétiens sur les origines de l'homme. Les données bibliques situent, la naissance d'Adam environ 4.000 ans avant J.C.

Les chefs religieux actuels n'ont-ils jamais entendu parler des peintures d'Altamira ou de Lascaux que l'on date de 20.000 à 25.000 ans environ ?
Il serait temps d'actualiser les écrits dits "sacrés"...
On est confondu de voir que de nos jours les religions judéo-chrétiennes et musulmanes reposent encore sur des données de pure invention de l'ancien testament.

Pourquoi l'homme d'aujourd'hui tolère-t-il de telles erreurs et ferme-t-il les yeux devant les contradictions que soulèvent les découvertes de la paléonthologie et de l'archéologie ?

Les enseignements de l'ancien testament acceptés à une époque où les connaissances étaient sommaires sont aujourd'hui clairement dépassés. La vision de Dieu proposée dans ces livres sacralisés n'a pas évolué depuis Moïse qui a imposé sa perception d'un Dieu vengeur et élitiste. Si certains parmi les adeptes persistent à justifier ce culte, arguant qu'il a été le premier à instaurer le monothéisme, à établir des lois morales, ainsi sont-ils arrêtés dans une compréhension plutôt archaïque du divin.
De plus, de tels arguments semblent mal fondés quand on sait qu'antérieurement, Aménophis IV, prit le nom d'Akhenaton pour montrer son appartenance au culte unique d'Aton. Ce culte existait bien avant le règne de ce pharaon mais il ne faisait pas l'objet d'une adoration exclusive. Dans l'ancienne Egypte, existaient aussi des lois morales reposant sur une grande tolérance. Les Egyptiens adoraient plusieurs dieux, mais au-dessus de tous, dominait le culte de MAHAT-RE, principe divin en relation avec l'ordre Cosmique.

Historiquement, à cette époque, les hébreux étaient des esclaves, principalement gardiens des troupeaux du pharaon. Ils n'avaient aucun droit de cité ni de propriété. Le basculement se fera lorsque Moïse, initié par les prêtres égyptiens, va s'enfuir avec ces populations en marge, sans instruction en s'imposant comme chef. La nation d'Israel va naître avec lui.
Pour enrichir ce début assez peu glorieux, la Bible tente d'attribuer une antériorité à Moïse, lui forgeant un passé avec le patriarche Abraham. Aujourd'hui, grâce aux tablettes d'Ebla découvertes en 1975, il est prouvé que cet arbre généalogique n'est que pure invention. (Voir document complet sur les tablettes d'Ebla)
En fait, Abraham fut un chef militaire assyrien, qui vécut 500 ans avant que les hébreux ne se l'approprient comme un illustre ancêtre. Personne ne pouvait envisager à cette époque qu'un jour l'archéologie dévoilerait le montage pseudo-historique !
Yahvé, nom de Dieu révélé à Moïse, prétendu inconnu jusqu'alors, figure lui aussi sur les tablettes d'Ebla. C'était le Dieu assyrien de la guerre, correspondant au dieu Esus des Celtes.

En réalité, Moïse fut un prêtre égyptien "défroqué" et les tables de la loi sont la transmission d'une connaissance apprise en égypte et plutôt incomplète.
Si cette religion s'est maintenue avec autant de force, malgré la dispersion de ce peuple à travers le monde, c'est grâce à une cohésion inébranlable autour de leurs croyances.
N'oublions pas que toutes nos religions judéo-chrétiennes reposent à l'origine sur une connaissance prise aux Egyptiens. D'où l'importance d'une recherche de sens à la source même.

Dans la légende Egyptienne, Osiris a été coupé en morceaux par son frère Seth. La quête d'Isis consiste à regrouper les morceaux un à un à l'exception du phallus qu'un poisson du Nil, l'oxyrhinque, a dévoré. Symboliquement, celui-ci représente l'ère du poisson. Le sexe d'Osiris ayant disparu à l'ère du Poisson, doit réapparaître à l'ère du Verseau.

OSIRIS = OS-IRIS
OS désigne la parole
IRIS est la messagère des dieux
OSIRIS = La parole du messager.

Isis part à la recherche des morceaux d'Osiris et lorsqu'elle commence à les réunir, elle redonne peu à peu vie à Osiris. Sans elle, il n'existerait pas. Lorsqu'elle a réuni tous les morceaux d'Osiris, celui-ci est alors placé au royaume des morts. Mais quand le sexe réapparaîtra, Osiris s'appellera ORISIS ;
ORISIS
OR = SOLEIL
ISIS = TRONE
HORUS : Le hiéroglyphe égyptien d'Horus, fils d'Osiris et d'Isis représente le Soleil dans le trône.

image

Le Dieu Osiris est mort à l'âge de 28 ans.
On peut assimiler ce chiffre aux 28 générations de pharaons qui se succédèrent durant son règne.
On retrouve ce chiffre 28 dans la vie de Jésus. C'est à ce moment-là que l'on situe symboliquement sa naissance spirituelle, quand il reçoit le baptême de Jean Le Baptiste.

Comment interpréter ce symbole chiffré :
Une génération humaine équivaut à un jour pour un Dieu.
Ceci correspond à la relation entre la durée de 2 cycles majeurs bien connus des Egyptiens observateurs du Ciel :
- Un cycle de précession des équinoxes de 25.842 ans et
- Un cycle d'une année solaire de 365,25 jours.
25.842 / 365,25 = 70,75 ans. Ce nombre correspond à la durée moyenne d'une vie humaine.
Un jour de l'année solaire correspond donc à 70.75 ans de l'année cyclique de précession.
Comme la durée de vie du Dieu Osiris est de 28 ans, on obtient :
28 x 70,75 = 1981 ans
Ce mythe nous révèle donc un nombre caché qui peut nous servir à fractionner notre chronologie calendaire et situer le début du Verseau :
-3962     (+ 1981)
-1981     (+ 1981)
  an 0     (+ 1981)
+ 1981
Nous pouvons maintenant mieux comprendre sur quel principe de calcul ont été annoncées des périodes clés dans les écritures.
Les hébreux prédisent un temps de 6.000 ans, qu'ils divisent en trois parties de 2.000 ans chacune :(Aborda Zara 9)
- une période chaotique
- une période historique
- une période messianique
2.000 / 28 = 71.42 ans.
Ce chiffre est aussi très proche de l'âge idéal dont parlent les Babyloniens et qu'ils situent à 72 ans.

Dans le calendrier juif qui débute 3761 ans avant J.C, 1981, correspond à l'année 5.741. Le terme des 6.000 ans serait donc échu dans 259 ans. En réalité, si le principe de fractionnement du temps est juste, le résultat final est fonction d'une évaluation exacte du grand cycle des précessions ... et là... qui peut dire qui a raison ?..

Nous entrons dans l'ère du Verseau. L'humanité peut revivre dans ISIS qui ne serait alors plus un mythe, mais le désir de faire revivre OSIRIS.

Ce Mythe profondément ancré, aux multiples clés, a connu bien des variantes :

La mort d'Osiris peut être comparée à la mort d'Abel, tué par Caïn.
Le soleil disparu, le soleil nocturne, symbolisé par Osiris est figuré par un Dieu en forme de momie. La nuit ayant précédé le jour, elle semble lui donner naissance. Pour cela, Osiris est aussi appelé "la demeure du Soleil" : BUSIRIS, c'est à dire son lieu d'origine.
En premier lieu, la haute Egypte s'appelait RUS, nom donné au soleil levant, Ô-RUS, appelé aussi OUSIR : je vois.
Ce Dieu évolua en AS-RA, décrit par le siège et le disque.


image

Pour les Egyptiens, l'astre disparu, le soleil mort à l'occident, s'appelle OSIRIS et il renaît à l'orient sous le nom d'HORUS, harem-Khou, Arinakhis, "Horus à l'horizon". A ce moment, il a triomphé des ténèbres.