Sommaire

Cycle de l´homme

-   La conscience de l´hominien

-   Il y a 30.000 ans ....

-   La découverte de la pierre

-   La génération spontanée des Adams

-   L´écriture

-   Les premiers Pharaons

-   Les Mythes

-   Osiris, Mythe ou Espérance ?

-   Création de l´Univers

-   Création et finalité du Cosmos

-   Habitat de l´Univers

Réflexions

-   Le Temps

-   L´homme dépend d´un temps bien précis

-   Entretien avec un journaliste

-   Aller plus loin

-   Esprit et spiritualité

Documents

-   Evangile de Thomas - Versets & Commentaires

-   Les Tablettes d´Ebla



Création, Formation de la matière,
Finalité du Cosmos



Première phase de la création du Cosmos:

Du point d'origine O, matériellement inexistant, est conçu le Cosmos : la projection de cette conception à des vitesses supra-luminiques (vitesse = 10 101 m/seconde) occasionne pour la distance parcourue de 15 milliards d'années lumière, une énergie colossale qui apparait en un point A et se disperse instantanément dans le néant, créant un habitat.

dessin

L'espace ainsi défini est homogène de même que sa densité d'énergie (T = 2,70° Kelvin).
La première phase correspondant à la formation d'un espace chargé d'énergie, s'est faite en un temps extrêmement court (Temps = 10-76 sec.). L'espace est alors rempli de cellules immatérielles, sans masse ni polarité et sans mouvement que certains appellent des bulles :théorie de l'univers inflatoire. ( Cette théorie semble très proche de celle avancée dès 1978 dans " La Rosée brûle le Sel " et " Le Soleil brûle la rosée ").
Nous appelerons ces supports sphériques immatériels et libres des SILS qui, mis en mouvement se polariseront et feront alors partie des particules d'origine répertoriées.

Seconde phase de la création du Cosmos :

L'onde de choc résultante de la première phase va permettre la mise en rotation et la polarisation de quelques SILS qui deviennent alors des particules de type muon etc...

Il est évident que lors de l'explosion initiale, au centre de l'Univers, la densité de rayonnement étant plus forte, l'échauffement résultant a été plus important, ce qui laisse supposer que certaines particules lourdes existantes ont pour origine le centre de l'Univers et sont à l'origine de la création des premières galaxies. Mais l'énergie équivalente à la formation de ces galaxies ne représente pas - et de loin - l'énergie totale contenue dans l'Univers : tout l'habitat. ( Ce qui explique la perte supposée d'énergie dont parlent nos astrophysiciens. )

Si actuellement nous cherchons la masse manquante de l'Univers énergétique, elle se trouve dans l'habitat non encore occupé, équivalent à un rayon complémentaire de 10 milliards d'années lumière.

Troisième phase de propagation de la matière et des Galaxies :

Les galaxies ont un mouvement global radial de 20 à 24 km/seconde du centre vers l'extérieur. Elles s'éloignent ainsi les unes des autres mais créent sur leur parcours, par le verbe et la vibration qu'elles engendrent, d'autres éléments qui créeront à leur tour d'autres galaxies. Celles-ci se propageront globalement vers l'extérieur, meublant progressivement l'habitat. Ceci explique la gravitation des systèmes entre eux.

Prenons par exemple l'expansion directionnelle de poules que l'on libère d'un poulailler dans un champ immense d'une superficie équivalente à celle de la Terre.
Si l'on éparpille de façon homogèr des grains sur toute cette surface, les poules iront manger systé matiquement les grains vers l'extérieur... Elles engendreront dans le même temps des poussins qui feront de même et ainsi de suite...
Les poules ne pourront pas retourner en arrière n'ayant plus de grains à picorer.

La propagation des galaxies se fait par absorption de l'énergie et ces galaxies se reproduiront dans le temps, tel l'exemple des poules.

Si aujourd'hui nous avons répertorié X galaxies pour 5 milliards d'années (unité de temps), dans 10 milliards d'années, il y aura X3 galaxies et ainsi de suite.. jusqu'aux limites de l'habitat, l'énergie finale correspondant à l'énergie initiale.

Lois de polarité, de Propagation et de Gravitation :

Toute particule neutre SIL, sans masse ni charge, mise en mouvement par l'onde de choc ou le verbe engendré par la musique des sphères dont parlait Platon, c'est-à-dire une vibration résultante des systèmes en marche, va se métamorphoser et concrétiser son propre habitat ; c'est son enveloppe nouvellement créée qui va se polariser et se déplacer. Le trou créé par le déplacement de ce SIL sera positif de façon comparable aux paires électrons-trous. Cette polarité positive éphèmère, va limiter le déplacement du SIL polarisé et définir son habitat par la mise en rotation autour de ce point.

Le point + représente donc le point d'origine, le point - son déplacement. Cette particule négative va, par rotation, faire apparaître sa polarité et engendrer éventuellement un électron. L'électron enfanté va freiner cette particule existante dans sa rotation et les polarités de celle-ci vont pouvoir devenir positives. Le centre, d'origine positive va perdre sa polarité et libérer ainsi le neutron qui devient proton; Sa surface externe étant positive et sa surface interne négative. La matière est ainsi créée.

Le déplacement de ces particules, toujours en expansion, en accord avec leur polarité, interdit toute collision par effet de répulsion. La vitesse de leur rotation les unes par rapport aux autres explique la gravitation donc les rattachent et les repoussent à la fois selon leur polarité.

dessin

La vitesse de rotation - force centrifuge - explique la gravité et la polarisation explique l'habitat. Cet ensemble explique à son tour l'atome. En effet, la vitesse de rotation maintient la satellisation et explique la gravitation.

Dans le cas de polarités antagonistes donc qui s'attirent mutuellement, la vitesse de rotation doit être plus importante que dans le cas de polarités identiques pour lesquelles le phénomène de répulsion demande une vitesse moins grande. On peut donc en déduire qu'il existe un lien entre la vitesse de rotation et les polarités des particules satellisées, et en tirer des lois physiques.

Par exemple : la vitesse de rotation d'un électron autour d'un proton est nettement supérieure en raison de l'attirance de ces deux polarités, à celle d'un électron autour d'un neutron.

Ce qui est vrai dans l'infiniment petit l'est également dans l'infimiment grand. D'où la forme spiralée et aplatie des galaxies qui se maintiennent en homogénéité grâce à cette loi.
Le hasard est exclu dans le Cosmos.

Notre système solaire comporte des exemples de cristallisation dans les anneaux de Saturne et sur Jupiter. Notre ceinture de Van Allen est le reliquat d'anneaux qui se sont probablement dilués et répandus autour de la Terre, ce qui a permis la vie, forme secondaire de la cristallisation.

On peut considérer la planète Terre comme étant plus vieille que Saturne et Jupiter. La cristallisation observée sur Terre et à l'intérieur des roches n'est que le reflet d'une loi structurale et organisée de celle qui se fait à l'extérieur et donc en mémoire. Elle a permis son transfert à l'intérieur.

Le Facteur Temps :

Le facteur Temps étant la source principale de création, de durée donc de vieillissement, nous conduit à conclure que l'expansion des galaxies répond à une loi de vieillissement qui est en réalité une loi de parcours, ce parcours ayant été prévu à l'avance.

La finalité, comme dans toute vie, est en accord avec une compréhensîon et une loi d'affinité de propagation que nous observons au télescope, par calculs et réflexions.

Tout le monde est d'accord pour dire que nous sommes en expansion mais, voulant prouver notre existence, nous n'admettons pas de subir cette expansion qui n'est que le parcours dont l'homme est le spectateur momentané et éphémère.
Ce n'est qu'au terme de 5 milliards d'années, qu'il a compris, en partie, son existence, 5 milliards d'années qui lui ont permis d'apparaître.
Cette compréhension finale doit le conduire à concevoir le pourquoi de son existence en fonction de son Univers et à accepter qu'il y ait eu d'autres dimensions avant la sienne et qu'il en existera d'autres après, pas forcément identiques car le facteur Temps fera la différence.
Ceci a conduit les philosophes à comparer les dieux au Temps et à la Connaissance.

Formation de la Matière :

Quand dans la matière en formation il y a éjection de neutrinos qui sont en réalité des particules négatives éjectées à grande vitesse (vitesse avoisinant celle de la lumière), ces particules sur leur passage, par leur négativité et leur vitesse engendrent des électrons jusqu'au monent où les neutrinos ralentissent et deviennent des protons.

Les électrons engendrés qui n'ont pas pu suivre les neutrinos (car ils leur faudrait pour rester solidaires dépasser la vitesse de la lumière ce qui est impossible.) ont été pris en compte par des atomes qui acceptant un électron de plus ont changé de poids donc de numéro atomique.

Par cette loi, on peut dire qu'un neutrino va, au cours de son périple engendrer beaucoup plus de matière qu'il n'en a lui même. Seule la vitesse proche de celle de la lumière permet ce phénomène.
Le neutrino est donc créateur d'énergie car il met en mouvement, sur son parcours, des particules sans poids, sans polarité, que nous appelons SILS. Dans un Univers vide de SILS, le neutrino n'engendrerait rien.

Finalité du Cosmos :

Si on a choisi une unité de temps qui correspond à la durée nécéssaire pour l'apparition de l'intelligence dans notre système, ce n'est pas par fantaisie, ni par invention, mais c'est l'objet d'une constatation. Seul, l'Esprit a pu engendrer l'Univers étant en dehors de celui-ci.
Cet Univers n'a pu être fait de hasards, des lois très strictes le régissant dans l'infiniment petit et dans l'infiniment grand. Cela explique la Mémoire. Tout comme l'homme constate qu'il est lui aussi le résultat d'une mémoire : l'A.D.N.
Par sa réflexion et sa constitution, l'homme est un éventuel support d'Esprit, donc fatalement en fonction de l'unité de temps qui l'a créé.

Si on compare le temps qui s'est écoulé depuis l'époque de Cro-magnon (20/25.000 ans) avec celui qu'il a fallu pour engendrer l'homme : 5 milliards d'années, on s'aperçoit qu'il ne représente que 1/250.000 ème de ce temps, ce qui doit le rendre confiant et sans orgueil.
En réalité, ce temps est beaucoup plus court, car l'évolution technique de l'homme date de 500 ans à peine. Son rôle peut se concevoir encore comme celui d'un intermédiaire s'il n'en fait pas une finalité.

La finalité du Cosmos sera effective quand la mémoire acquise et comprise sera en accord avec l'énergie finale afin que cette mémoire puisse être récupérée par " l'Envoyeur ", dans le but de savoir comment un monde a pu évoluer dans un laps de temps prévu au millardième de seconde pour l'enfantement et une durée de 15 milliards d'années pour se retrouver.

Le Point mystérieux est celui-ci :
Qui, de l'extérieur, peut engendrer l'intérieur qui lui est physiquement calculable.







Valid XHTML 1.0!